Les trois dimensions de la sexualité pour un leadership féminin égalitaire



Les trois dimensions de la sexualité  pour un leadership féminin égalitaire

La célébration de la Journée internationale de la femme en mars 2021 a été marquée par deux journées consacrées aux conférences sur les trois dimensions de la sexualité pour un leadership féminin égalitaire. Elles ont été honorées par la présence du professeur Bosco MUCHUKIWA, Directeur Général de l’ISDR-Bukavu. La première journée des conférences du 17 mars 2021 a porté sur le leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19. Elle a été animée par trois grandes personnalités scientifiques, madame la professeur NSIMIRE ZIHAKIRWA Aline, le professeur BUGEME ZIGASHANE ZIGA et le maître Blaise Pascal ZIRIMWABAGABO.

Concernant les contenus des exposés, madame la Professeur NSIMIRE ZIHALIRWA Aline a montré que la femme dans la région des grands lacs africains a subi les effets collatéraux des conflits qui ont brisé le lien familial mais également elle a joué le rôle de pacification dans les guerres récurrentes. Madame la professeur a déploré le fait que les efforts de la femme n’ont pas été considérés malgré sa participation au processus de consolidation de la paix. Elle a expliqué cette déconsidération par le poids des coutumes et la domination masculine. Le contenu de son exposé est en annexe pour comprendre les facteurs limitant le leadership féminin.

La deuxième communication a été faite par le Professeur BUGEME ZIGASHANE ZIGA dont le sujet est le leadership féminin et le social. Dans son exposé, il a montré qu’une femme qui a réussi ses initiatives est appelée leader dans le milieu. Il y a bon  nombre des femmes qui ont réussi dans plusieurs domaines. Elles doivent développer quelques qualités éthiques dont l’esprit d’initiative, le sens de responsabilité et exercer une influence sur la communauté malgré les contraintes liées à leurs fonctions de reproduction, de production et du social. D’après le conférencier, le rôle de reproduction l’emporte sur les deux autres en dépit des efforts et réalisations que ces femmes atteignent dans la société. Les thèses défendues par le conférencier sont exposées dans son article en annexe.

La troisième communication a été présentée par maître Blaise Pascal ZIRIMWABAGABO. Ce dernier a exposé sur le féminisme pour expliquer son origine occidentale et ses objectifs de conquérir les droits de la femme et de combattre la domination masculine. Ce conférencier à l’esprit imaginatif a critiqué le féminisme africain qui se calque sur et imite le modèle occidental de type individualiste. Pour ce conférencier, le féminisme africain manque l’originalité et participe à la stigmatisation de la femme africaine en général et congolaise en particulier. A la place, il a proposé de réfléchir sur un nouveau type de leadership féminin authentique. Les idées de ce conférencier prolifique sur la parité et l’égalité des chances sont discutées dans le document en annexe.  Cette conférence modérée par madame la professeur Nathalie VUMILIA NAKABANDA a connu une forte participation des enseignantes, des enseignants, des chercheurs et des chercheuses, des agents administratifs, des invités des services publics et des ONG, des étudiantes et des étudiants.

La deuxième journée des conférences a été organisée le 18  mars 2021 et animée par le professeur italien LEOPOLDO REBELLATO dont son organisation partenaire de l’ISDR-Bukavu est dénommée IN CONTRO FRA I POPOLI.  Sa conférence modérée par Jeff MULANGALIRO MUSHUKA a porté sur les trois dimensions de la sexualité en vue de prévenir les violences sexuelles dans les milieux universitaires et d’expliquer les rôles des assistants sociaux dans la société. La conférence était destinée aux étudiantes et étudiants du département de Genre et Développement Durable de l’ISDR-Bukavu. Vu l’intérêt du sujet traité, elle a connu la participation des agents, de quelques représentants des organisations de la place, notamment le  Rotary Club, l’Association des enfants et jeunes travailleurs et du représentant-pays de l’ONG italienne précitée.

Dans sa communication, le conférencier a résumé les dimensions de la sexualité en trois points essentiels, dont la génitalité, l’affectivité et l’amour. Ces trois dimensions correspondent à l’évolution de la société humaine. Au cours de cette évolution, l’organisation du pouvoir est passée du matriarcat au patriarcat. Le changement n’est pas trop rigide, car la distribution de l’autorité dans le foyer est fonction du genre d’union pour lequel les deux conjoints ont adopté lors du mariage. Autrement dit, le degré d’une relation conjugale et l’exercice du pouvoir entre la femme et l’homme dans le foyer dépendent de la typologie d’union et de la nature du couple. Ainsi les relations conjugales varient selon qu’il s’agit de l’union de survie, d’appui et de promotion. Selon, la typologie des couples, le conférencier a mentionné le couple de lit, de maison et de société dont la base de vie est fondée le respect, la sérénité et la joie. Ces enseignements sur les trois dimensions de la sexualité sont exposés dans son ouvrage que les intéressés peuvent commander pour comprendre le lien entre la religion, la culture et la sexualité.

Fait à Bukavu, le 17 avril 2021


One thought on “Les trois dimensions de la sexualité pour un leadership féminin égalitaire

  1. Excellent compte-rendu et excellente initiative. L’ISDR devrait multuplier ce genre de rencontres ! Encore Bravo au Professeur Bosco MUCHUKIWA et aux organisateurs de ces journées! Qu’ils continent dans cette voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.