Mots du Comité de Gestion de l’ISDR


MOT DU DIRECTEUR GENERAL

Adresse de la politique du Directeur Général de l’ISDR-BUKAVU à l’occasion de la collation des grades académiques, ce mercredi 31 juillet 2019

 

  • Excellence Monsieur le Gouverneur de province du Sud-Kivu ou son représentant ;
  • Honorable Président de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu ou son représentant ;
  • Honorables Députés Provinciaux et Nationaux ;
  • Excellences Messieurs les Ministres Provinciaux et Nationaux ;
  • Très Chers Officiers Militaires et de la Police ;
  • Chers Membres du Conseil de Sécurité Provinciale ;
  • Monsieur le Maire de la Ville de Bukavu ;
  • Monsieur le Bourgmestre de la Commune de KADUTU ;
  • Messieurs les Recteurs des Universités et Directeurs Généraux des Instituts Supérieurs ;
  • Chers Membres du Comité de Gestion de l’ISDR-BUKAVU ;
  • Très Chers Collègues Professeurs, Chefs de Travaux et Assistants ;
  • Chers Agents de l’ISDR-BUKAVU ;
  • Distingués invités à vos qualités et Titres Respectifs ;
  • Camarades étudiantes et étudiants ;
  • Mesdames et Messieurs ;
  • Distingués Invités,

L’année académique 2018-2019 se clôture dans un environnement sanitaire de surveillance épidémiologique.  Elle a été caractérisée par les tensions entre le Comité de Gestion et les étudiants autour de l’application du taux de 920 FC pour tous les frais académiques.  Ensuite, il y a eu l’autre tension sur le manque à gagner pour les agents de l’ISDR-Bukavu.  Enfin, les revendications des étudiants et les attentes des agents traduisent un état d’esprit de pauvreté sociale à éradiquer par l’Etat Congolais.

 

Dieu merci, car la situation est rentrée dans l’ordre après avoir perdu deux semaines de préparation des examens de juillet 2019.  Heureusement, les médiations conduites par l’Inspection Provinciale du Travail ont permis de reprendre le travail et d’organiser les examens sans beaucoup de casses.  C’est pourquoi, le Secrétaire Général Académique vous a présenté son rapport académique qui décrit les résultats des examens des étudiants par promotion.  Ces résultats sont globalement peu satisfaisants avec 23 % de réussites en moyenne.  Le Comité de Gestion se félicite de les avoir atteints après avoir apaisé les tensions sociales grâce aux appuis des autorités provinciales pour s’être impliquées.  Leur implication traduit la confiance qu’elles continuent de nous accorder et la considération qu’elles donnent à l’ISDR-Bukavu comme institut public de l’Etat congolais.

 

Avant de développer le thème de culture universitaire en péril en milieu universitaire, je voudrais présenter d’abord les remerciements à toutes les autorités qui ont soutenu et continuent à soutenir l’ISDR-Bukavu, décrire quelques réalisations et poser les perspectives d’avenir.

Mesdames et Messieurs,

Camarades étudiantes et étudiants,

 

Concernant les remerciements, notre pensée de gratitude s’adresse à Son Excellence le Chef de l’Etat Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, pour son engagement de travailler pour le peuple d’abord.  Cette devise exprime la priorité à accorder à la justice distributive des richesses nationales pour garantir l’épanouissement de tous les citoyens congolais en vue de construire un Congo où il fait beau vivre à léguer à nos enfants pour la paix durable.

Nous remercions Son Excellence le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu et son équipe gouvernementale pour avoir produit le plan de développement de la province du Sud-Kivu qui intègre les priorités de populations rurales, cibles de l’ISDR-Bukavu. 

Nos remerciements s’adressent à tous les collègues membres du Comité de Gestion de l’ISDR-Bukavu qui s’investissent jour et nuit pour améliorer le climat de travail, pour promouvoir le capital social et imprimer une nouvelle éthique de travail qui ont permis de tenir pendant les quatre années passées au service de la communauté universitaire.

 

Nous remercions tous les membres des corps académique, scientifique, administratif, technique et ouvrier pour leur dévouement au travail.  C’est grâce à leur abnégation que l’ISDR-Bukavu procède aujourd’hui à la proclamation des résultats des examens de nouveaux lauréats.

Que tous retrouvent ici nos sentiments de reconnaissance et de partage de la joie avec les membres de leur famille qui les accompagnent pour recevoir le titre de gradué ou de licencié en développement rural.

Ce titre est une identité qui s’ajoute aux autres existantes en vue d’afficher le professionnalisme dans le traitement des questions relatives au développement rural.  Cette identité contribuera à réduire le tâtonnement, l’essai-erreur dans l’exercice du métier de technicien du développement rural et à renforcer ses compétences professionnelles.

 

Nous remercions les différents partenaires dont les parents, les étudiants, les journalistes, les responsables des organisations de développement, les autorités religieuses, les autorités politico-administratives, les Militaires et les Policiers, le Maire de la Ville, les Bourgmestres, les Chefs de quartiers, les humanitaires, les services publics de l’Etat congolais, les partenaires du Nord qui ont choisi d’effectuer des projets de recherche conjoints avec l’ISDR-Bukavu en vue de rendre des services précieux aux communautés du Sud-Kivu.  Il s’agit de CREGED, AMANI KWA MAENDELEO, Land-Rush, T2S, ESAAP et Ecologie Politique de la Gestion de Ressources Forestières : le chaînon manquant.

Nous remercions les autorités de la ville de BUKAVU et les chefs de différents services qui sont aussi nos partenaires et nous aident à maintenir la sécurité sur le campus universitaire, à l’alimenter en eau potable et en courant électrique pour permettre à l’administration de fonctionner au quotidien et aux étudiants de s’appliquer en vue d’améliorer leur niveau des connaissances scientifiques et d’avoir de l’ascendance sur les questions de développement rural. 

 

Enfin, la liste des personnes et des partenaires à remercier n’est pas limitative.  Nous pensons aux services d’encadrement de nos étudiants en stage de professionnalisation, aux administrateurs de territoires, aux Chefs de Chefferies, aux Chefs de Secteurs, aux Chefs de groupements, aux chefs de villages,… qui facilitent nos étudiants et enseignants lors des sorties hebdomadaires et des pratiques professionnelles.  Que tous trouvent ici notre expression d’amour et de reconnaissance pour tous les services rendus à chaque agent et étudiant de l’ISDR-Bukavu.

Pour ces différentes raisons, nous sommes redevables envers toute personne qui  a fait du bien ou soutenu l’ISDR-Bukavu pour clôturer cette année académique en beauté.

Mesdames et Messieurs,

Camarades étudiantes et étudiants,

 

Concernant le thème central qu’est la culture universitaire en péril dans les milieux universitaires mérite une attention particulière en cette fin d’année académique comme nous sommes des agents de développement.  L’ISDR-Bukavu a été créé en 1962 pour transformer les mentalités des populations locales en vue de les amener à adopter la modernité, les nouvelles manières de penser et de vivre. C’est donc une nouvelle culture de l’excellence.  Pour parvenir à changer les paysans, les concepteurs de l’ISDR-Bukavu ont cru que la formation est indispensable pour transformer les individus.  C’est pourquoi, ils soutiennent qu’il faut  former pour changer les mentalités.

 

Après 57 années d’existence de l’ISDR-Bukavu, il s’observe des attitudes irrédentistes dans le chef de formateurs, des agents administratifs et des étudiants.  Les attitudes les plus perceptibles sont :

  1. Manifestations des étudiants autour de frais académiques fixés au taux de 920 FC ;
  2. Altercations autour de manque à gagner pour les agents ;
  3. Fonctionnement difficile car les investissements n’ont pas été réalisés ;
  4. Pratiques individualistes des agents qui priment sur l’intérêt général de l’ISDR.

Ces attitudes et comportements expriment un déficit de culture dans le milieu universitaire.  Pour la plupart des corps, l’université est un lieu où chacun peut faire valoir ses propres intérêts.  Les enseignants qui encadrent les étudiants en sortie fixent les barèmes de sortie au détriment des intérêts de la communauté.  Quelques enseignants ont été appelés à l’ordre.  Le Comité de Gestion les avait sommés de restituer le trop perçu avec demande d’explication.  Les autres situations similaires sont l’affectation des TFC et Mémoires selon la logique marchande.  Un enseignant rafle plus de 50 mémoires dont il est incapable d’assurer la direction ; d’où érosion de l’assurance qualité.  Quelques enseignants utilisent les assistants pour la direction de TFC mais au moment de la lecture de mémoires ils sont exclus sous prétexte qu’ils sont du premier mandat.  Ce prétexte frise l’affairisme et détruit la cohésion professionnelle. Le Comité de Gestion a interpelé quelques enseignants qui ont tenté d’imposer aux étudiants l’achat des syllabus à leur prix indépendamment des instructions académiques.  Les mercenariats sont en train de se développer dans les milieux universitaires et érodent la culture universitaire.  Certains enseignants en complicité avec quelques étudiants sous-traitent les travaux, ce qui altère l’assurance qualité, un indicateur de la culture universitaire.  L’université est aujourd’hui confrontée à deux phénomènes intimement liés dont l’affairisme et le politique qui expriment des états irrédentistes, l’opposition au changement du contexte.

 

Mesdames et Messieurs,

Camarades étudiantes et étudiants,

 

Ces exemples ci-dessus illustrent bien que les corps académique, scientifique, administratif, technique et ouvrier cèdent à l’instrumentalisation et perdent l’esprit scientifique, caractéristique de la culture universitaire. Le politique pénètre les consciences universitaires et obscurcit la raison cartésienne. Lorsque l’esprit d’affaire et le politique affectent le milieu universitaire, les formateurs et les formés perdent la culture universitaire et s’adonnent aux rumeurs, aux chimères occultes et aux usurpations du pouvoir.  Les vendeurs d’illusions se multiplient et colportent des fausses informations qui détériorent la confiance et le climat du travail. Ce déficit de culture universitaire suscite les analyses pour savoir le fondement culturel, philosophique et matériel qui sous-tendent la déviance et le développement des pratiques de marchands d’illusions. Comment développer une culture universitaire qui fasse obstacle à l’affairisme et à l’instrumentalisation des enseignants et des étudiants ? Comment dépolitiser les universités pour que les animateurs s’appliquent à la recherche action participative ? Chaque agent peut trouver des réponses aux deux questions pour redresser et corriger son comportement.

 

Mesdames et Messieurs,

Camarades étudiantes et étudiants,

 

Avec le peu de moyens, l’ISDR-Bukavu a réhabilité le building où logent les étudiantes.  Le séchoir et la paillote ont été aménagés pour ces dernières.  Le Comité de Gestion a mis la peinture, l’eau, les toilettes, l’électricité et l’équipement en mobilier complet dans le building.  Ensuite, le Comité de Gestion a posé deux portails métalliques et la clôture en barre de fer. La section enseignement a revêtu sa belle robe et fait la fierté de l’ISDR-Bukavu. Les départements ont été affectés dont les travaux de maçonnerie sont en cours. Les étudiants ont été logés au premier niveau de Chicago 1er.  Le Comité de Gestion y a mis aussi le mobilier complet. 

 

L’année 2018-2019 est exceptionnelle car deux assistants ont obtenu les bourses de formation à l’Université Catholique de Louvain.  L’ISDR-Bukavu a renforcé sa visibilité en drainant cinq projets de formation et de recherche sur le genre, les ressources naturelles, les accaparements de terres, la cohésion sociale, la gouvernance et la redevabilité. La visibilité est devenue grande par la modernisation du site web indiqué sur le dépliant ISDR-Bukavu.

 

Ce mercredi, le 31 juillet 2019, la première cohorte de gradués en études genre et développement durable en RD Congo est lancée sur le marché d’emploi.  Le rapport de fin d’année scolaire 2018-2019 de l’ITB-ISDR renseigne que le taux de réussite des élèves est de 83,4 %. Cette école secondaire a enregistré 6,3 % de déperdition des élèves pour deux raisons, à savoir la pauvreté des parents et l’indiscipline des élèves. A partir d’octobre 2019, le Comité de Gestion annoncera les titres de docteur en thèse soutenus par les primes institutionnelles et des parents. Le Comité de Gestion n’a pas cité toutes les réalisations et les ouvertures faites pour améliorer le climat de travail et l’assurance qualité. L’équipe de football de l’ISDR-Bukavu a gagné la coupe interuniversitaire.  Nous félicitons tous les joueurs et leur équipe de manageurs.

 

Mesdames et Messieurs,

Camarades étudiantes et étudiants,

 

Nous remercions tous les lauréats et leur souhaitons bonne carrière. Dès aujourd’hui, ils sont devenus les ambassadeurs de l’ISDR-Bukavu et entrent dans le corps des anciens.  Nous leur souhaitons et à leurs parents « bonne fête » et plein succès  dans la vie professionnelle.

 

Les étudiants qui reviennent en seconde session de septembre 2019, nous leur souhaitons bonne préparation et réussite.  Que l’Esprit de Dieu les illumine pour réaliser les grandes distinctions.  Nous réitérons nos félicitations à tous les partenaires présents et absents aux cérémonies de collation des grades académiques et de la clôture de fin d’année 2018-2019 pour leur soutien mérité et indéfectible.

  

En définitif, nous insinuons que l’année académique 2019-2020 sera des exigences de performances et de compétences académiques pour former les élites organiques de développement rural. A ce titre, l’ISDR-Bukavu devra repenser ses options de formation académique, s’interroger sur les méthodes pédagogiques et d’intervention en milieu rural.  L’ISDR-Bukavu devra réinventer les nouvelles formes de rendre le service à la communauté à la suite des résultats de recherches effectuées par ses enseignants.

 

Comme lieu de production de savoir et de transformation de l’individu, l’enseignement supérieur et universitaire mérite une réforme particulière pour se débarrasser des semeurs des troubles et des faiseurs de la violence.  Cette interpellation s’adresse à tous les corps de l’ISDR-Bukavu pour les stimuler à l’excellence, à faire le troisième cycle de doctorat et à participer au travail d’assurer la grandeur de notre pays dans la solidarité, la paix, la légalité, la liberté et la légitimité.

 

Le déficit de culture universitaire au cœur de l’individu exige une sensibilisation basée sur les instructions académiques en vue de promouvoir une éthique de responsabilité et des droits humains.  En cas de récidive, le Comité de Gestion devra sanctionner de manière sévère pour extirper de la communauté universitaire, les agents dont le comportement demeure reprochable.  Ils seront mis à la disposition du Conseil d’Administration des ISDR et au Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire pour licenciement. A la limite d’intolérable, les personnes lésées et affectées dans leur propre intimité peuvent saisir les cours et tribunaux pour exiger la réparation du préjudice causée.

 

Le Comité de Gestion prend l’engagement de veiller sur l’éthique de responsabilité et de garantir l’assurance qualité pour rehausser l’ISDR-Bukavu.

Que vive l’ISDR-BUKAVU,

Que vivent la Province du Sud-Kivu et sa population,

Que vive la République Démocratique du Congo,

Que Dieu bénisse toute la communauté estudiantine de l’ISDR-BUKAVU,

 

Fait à Bukavu, le 31 juillet 2019

Le Directeur Général,

Prof. Dr Bosco MUCHUKIWA RUKAKIZA

Télécharger la version PDF