Enjeux éthiques de la recherche dans les zones en conflits ou post-conflits : Un atelier de réflexion tenu au Centre Amani à Bukavu

Du 22 au 23 janvier 2018, environs trente chercheurs ont participé à un séminaire organisé à Bukavu par le projet Land rush sur « l’éthique et les défis de la recherche dans les zones en conflits ou post-conflits. Parmi les objectifs de cette rencontre, il a été entre autre question de lancer le débat sur la nécessité d’un échange/dialogue sur la position du jeune chercheur dans le processus de recherche.

Pour Professeur An Ansoms, promotrice du projet Land Rush, beaucoup de chercheurs travaillent dans les zones en conflits ou post-conflits et généralement, les risques auxquels ils font face sur le terrain sont peu abordés dans les débats. Selon elle, ces risques méritent d’être soulevés car le vécu du chercheur sur le terrain a un impact sur ses résultats de recherche même si parfois cela est ignoré. Pour elle, l’importance de la tenue de ce séminaire réside aussi dans le partage d’expériences de terrain entre chercheurs.
Pour faire face aux potentiels risques sur le terrain, Professeur An appelle les chercheurs à bien se préparer, à bien gérer les risques, à échanger entre eux et réfléchir sur ce qu’ils vivent au quotidien et en tirer des leçons.
S’agissant de chercheurs juniors, notre source pense que ces derniers sont souvent en dépendance mais ils disposent des expériences pertinentes. D’où l’importance d’un débat sur des questions difficiles pour que les jeunes chercheurs s’expriment et partagent leurs expériences avec les anciens pour mieux gérer les risques.
Pour les participants, ce séminaire, était une occasion d’apprentissage car estiment-ils, on apprend tous les jours. Pour ces derniers, les chercheurs font face à plusieurs défis et par conséquent, il faut adapter son activité comme chercheur à la réalité sur le terrain dans le respect des normes éthiques et déontologiques de la profession.

Pendant deux jours, professeurs en provenance des universités belges et celles de la RDC ont ainsi, discuté de stratégies pour améliorer la collaboration entre Chercheurs (Nord-Sud, Sud-Sud). Les chercheurs venant de la Belgique appartiennent à deux centres de recherches différents : le Conflict Research Group de l’Université de Gand et le Centre d’Etudes du Développement, de l’Université Catholique de Louvain. Pour la partie RDC, nous aurons un participant du Nord Kivu et tous les autres viennent de l’ISDR-Bukavu, l’ISP-Bukavu (à travers le Groupe d’Etudes sur les Conflits et la Sécurité Humaine, GEC-SH), l’UCB et les organisations de la société civile partenaires.

Par Patrick Kahondwa,
Journaliste à Radio Universitaire ISDR

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *